L’internationalisation de l’enseignement supérieur : une étude de cas

La collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur en Europe et en Amérique latine réunit un large éventail de compétences complémentaires, qui donne lieu à la création de programmes complets, innovants et pluridisciplinaires d’éducation et de recherche.

  • 25/10/2016

Les programmes d’études résultant de cette collaboration internationale sont rarement proposés à l’échelle nationale ou locale. Ils facilitent le transfert des qualifications à l’échelle internationale et répondent aux priorités suivantes :

  • Amélioration de la portée internationale des établissements d’enseignement supérieur.
  • Développement d’outils pédagogiques et de solutions reposant sur des formes d’apprentissage à distance et sur les technologies de l’information et de la communication (TIC).
  • Mise en place de procédures d’assurance qualité.
  • Démocratisation de l’enseignement supérieur grâce à des innovations pédagogiques sous la forme de formations en ligne (MOOC et SPOC).
  • Amélioration de l’employabilité des diplômés en favorisant l’établissement de partenariats avec des acteurs de l’industrie, et adaptation des diplômés au marché moderne du travail grâce à une meilleure connaissance des langues étrangères, à une attitude d’ouverture d’esprit dans des environnements multiculturels et à une expérience du travail en équipe internationale.

Étude de cas : le projet collaboratif « SynPCCP »

Le projet « Synergies en chimie physique et génie chimique » (SynPCCP), piloté par l’université de Bordeaux, a été conçu sur la base du partenariat de longue date entre l’université de Bordeaux et les membres européens du consortium*, ainsi que sur les échanges éducatifs plus récents initiés par l’université de Bordeaux avec ses partenaires d’Amérique latine.

Globalement, l’action du projet SynPCCP consiste à améliorer la dimension internationale des programmes de master des partenaires en établissant une définition conjointe de cours de base communs dans le domaine du projet PCCP et en établissant différents niveaux de reconnaissance académique (depuis les crédits transférables aux diplômes doubles / conjoints). Sur la base de ce consortium, avec des universités partenaires qui partagent le même intérêt pour les disciplines PCCP (physique-chimie et chimie-physique) autant du point de vue éducatif qu’en matière de recherche, l’une des principales priorités de ce projet est la constitution d’un réseau d’enseignement supérieur et de recherche entre nos établissements.

Avec l’appui du programme PREFALC (Programme régional France, Amérique latine, Caraïbe) de la FMSH (Fondation maison des sciences de l'Homme), les échanges productifs entre l’université de Bordeaux et ses partenaires d’Amérique latine - se composant de trois sessions dans des établissements internationaux avec des cours de l’université de Bordeaux et ses universités hôtes (Lima, Quito, Bogota) - ont conduit à la signature d’un accord sur un diplôme de double master entre l’université de Bordeaux et l’université San Francisco de Quito (USFQ) en 2015 et ont jeté les bases d’un partenariat éducatif transocéanique.

Thèmes :