© Gajus - Fotolia.com © Gajus - Fotolia.com

Depuis plusieurs années, la communauté scientifique internationale se mobilise autour des questions relatives à l’intégrité scientifique. Les conférences, rapports, chartes et autres documents ou initiatives se multiplient pour rappeler que l’accélération de la production scientifique (notamment le nombre de publications qui atteint près de 2 millions chaque année) ne peut se faire au détriment de la rigueur méthodologique que la science moderne a progressivement structurée depuis le 16e siècle.

Renforcer la crédibilité scientifique

Ce qui est en cause, ce sont moins les scandales résultant de fraudes fortement médiatisées – mais qui restent exceptionnelles – que l’affaiblissement dans le respect des exigences associées à la démarche scientifique au quotidien. A l’heure où des enjeux sociétaux majeurs comme le changement climatique, les OGM, ou la question de la vaccination sont l’objet de débats et de polémiques, nourris par de nombreuses désinformations (fake news), il est essentiel de renforcer la crédibilité de la parole des scientifiques, donc d’appliquer l’exigence de rigueur méthodologique et d’honnêteté intellectuelle qui fonde la démarche scientifique.

La communauté scientifique en France s’est engagée dans cette mobilisation, avec notamment la signature de la Charte nationale de déontologie des métiers de la Recherche par la Conférence des Présidents d’Université et les principaux organismes de recherche en janvier 2015. En 2017, suite au rapport Corvol, la création de l’Office français de l’intégrité scientifique (OFIS), rattaché au HCERES, marque une nouvelle étape. 

L'université de Bordeaux s'engage

L’université de Bordeaux, avec ses partenaires, ambitionne de participer pleinement à cet effort. En janvier 2016, Bordeaux a co-organisé avec la CPU et le MURS et accueilli le colloque L’intégrité scientifique : parlons-en !

En juillet 2017, le conseil d’administration a adopté une Charte déontologique en matière d’activité de recherche et de valorisation : responsabilités, gestion des conflits d’intérêts et traitement des allégations de manquements à l’intégrité scientifique qui définit sa politique en la matière.

Un cadre structurant pour une recherche intègre

Cette charte rappelle les obligations de l’établissement et de l’ensemble des personnels qui participent à la recherche scientifique menée dans ses laboratoires. Elle précise notamment les questions de conflits d’intérêt et les modalités de traitement des manquements à l’intégrité scientifique. Elle indique enfin la marche à suivre dans le cas où l’on serait témoin d’un tel manquement, son signalement étant, dans le droit français, une obligation.

L’université a par ailleurs désigné un référent à l’intégrité scientifique, qui peut être consulté par l’ensemble de la communauté sur toute question relative à l’intégrité scientifique.

Il est de notre responsabilité collective de contribuer à la production de nouvelles connaissances en respectant les normes éthiques les plus élevées dans la conduite des travaux de recherche et de valorisation.

Mise à jour le 22/11/2017

Contact

Jean-Pierre Savineau
Référent intégrité scientifique

Université de Bordeaux - INSERM U1045
146 rue Léo Saignat
33076 Bordeaux cedex