Isabelle Rondot-Delbecque, chargée de mission orientation, réussite et relations avec le secondaire

Isabelle Rondot est enseignant chercheur en biologie. Elle a également pour mission, en collaboration étroite avec la Mission d'appui à l'orientation et l'insertion professionnelle,de favoriser la sécurisation des parcours et la réussite des étudiants de l’université.

Retisser les liens lycées-universités

Isabelle Rondot-Delbecque, chargée de mission orientation, réussite et relations avec le secondaire © Olivier Got - université de Bordeaux

Originaire de Franche-Comté, c’est successivement à l’université de Franche-Comté puis de Bourgogne qu’Isabelle Rondot fait ses études de biologie. Titulaire d’un DEA en biologie cellulaire et moléculaire, elle laisse finalement tomber en cours de route un parcours qui la destinait à être institutrice. Si la biologie l’emporte c’est qu’un enseignant au lycée lui a transmis sa passion. Depuis, Isabelle Rondot est bel et bien convaincue de l’importance fondamentale et de l’influence des rencontres dans les choix de vie de chacun. Une thèse plus tard, Isabelle postule en 1995 pour un poste de maître de conférence et c’est à Bordeaux qu’elle l’obtient. Elle enseigne en licence sciences de la vie et à la classe préparatoire de Bordeaux (CPBx) mais s’intéresse aussi particulièrement à l’accompagnement des étudiants dans leur parcours pédagogique. Isabelle Rondot devient directrice des études puis  du département licence de l’université Bordeaux 1.

Avec la fusion des établissements en 2014, le périmètre de ses fonctions s’élargit et c’est tant mieux car elle trouve particulièrement intéressant d’être confrontée à des champs disciplinaires différents. « Il y a beaucoup de matières universitaires qui ne sont pas enseignées au lycée comme le droit ou la psycho, les élèves choisissent sans vraiment savoir dans quoi ils s’engagent. Notre objectif est d’intervenir le plus en amont possible dans l’orientation des lycéens. Nous devons leur expliquer ce qu’est la discipline et quelles sont les compétences et le niveau demandés pour favoriser les parcours de réussite» explique t-elle. L’enjeu est de taille car les dispositifs existants ne sont pas encore suffisants.

L’université doit prendre une part réelle dans l’orientation des lycéens

Il faut travailler sur la méthode, monter des projets en articulation avec les différents acteurs impliqués qui permettent d’avoir une vision plus globale des besoins tant du côté du rectorat que de celui de l’université. Selon elle, les professeurs de lycées n’ont pas un discours positif sur l’université d’où la nécessité absolue de les sensibiliser sur l’évolution de l’université et notamment en matière d’accompagnement des étudiants. « L’université doit se positionner comme un organisme de formation continue des enseignants du secondaire » défend t-elle. « Nous devons réussir à construire une véritable continuité de parcours entre le secondaire et le supérieur » ajoute Isabelle. 

Afin de réussir, le lycéen doit trouver la formation adaptée à son parcours, son projet et à sa personnalité. Pour ce faire, il est indispensable de développer et valoriser les passerelles et accompagner les étudiants dans la réflexion qui les mènera pour certains à un changement de parcours. Un travail de longue haleine et un enjeu important impliquant des acteurs variés (services d’orientation (EOC), équipes pédagogiques, BVE,service PHASE…) compte tenu notamment de l’arrivée massive des étudiants à l’université ; une mission qu’Isabelle Rondot n’oublie que lorsque elle sculpte ou dessine, une autre passion…

Mise à jour le 09/07/2015