L’enseignement universitaire doit évoluer

Achille Braquelaire © Oliver Got - université de Bordeaux

Titulaire d’un DEUG de math puis d’une licence d’informatique en 1977 à l’université Bordeaux 1, Achille Braquelaire se passionne pour cette matière d’avenir. «Tombé amoureux d’une perforatrice de cartes » au cours de ses études et contaminé assez vite par le virus de la recherche, il poursuit son cursus et obtient un doctorat en informatique en 1983. 

Dès 1984, il commence à enseigner –il deviendra professeur en 1991- toujours à Bordeaux 1.
Qui dit enseignement dit recherche. C’est à la programmation puis à l’analyse des images qu’Achille Braquelaire s’intéresse et à l’imagerie numérique en particulier, domaine alors en pleine émergence qui fait appel à de nombreuses thématiques qui fascinent le jeune chercheur de l’époque.
C’est alors qu’il crée avec Pascal Guitton, également maitre de conférences, une équipe de recherche en imagerie numérique au LaBRI (Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique) numérique. Ils en assurent la codirection de 1985 à 1992.
Une approche scientifique pointue derrière laquelle se cache une vision artistique et créative car, on le sait moins mais Achille Braquelaire est aussi scénariste de BD, un univers d’images et d’histoires séquencées qui le passionne depuis l’enfance …

La réussite de tous les étudiants

De travaux en découvertes, Achille Braquelaire s’implique également beaucoup dans la formation. C’est avec « le sentiment de pouvoir faire bouger les lignes » qu’il choisit de s’engager toujours un peu plus au fil du temps au cœur du système universitaire. Responsable de la licence-maitrise d’informatique, puis directeur du département d’informatique de l’UFR de mathématiques et informatique, il devient directeur adjoint puis directeur de cette UFR, fonction qu’il cesse en 2008 au profit de la vice-présidence du conseil des études et de la vie universitaire.
Un premier mandat, puis un second et Achille Braquelaire s’investit complètement dans le projet de la nouvelle université de Bordeaux qui devient une priorité. La fusion des universités est à ses yeux d’enseignant concerné une opportunité unique de faire émerger des innovations en termes de formation, d’améliorer la pédagogie et la performance des enseignants qui pourront se concentrer sur le cœur de leur mission : la réussite de tous les étudiants.
Un défi qui lui semble indispensable de relever à l’échelle de l’université de Bordeaux.
Innovation et ingénierie pédagogique, accompagnement, évaluation et amélioration continue des formations, valorisation des enseignants, pluridisciplinarité deviennent ses thématiques de prédilection.
Deux ans de travail acharné en mode « nubien » plus tard, Achille Braquelaire est satisfait de pouvoir mettre en pratique dans le cadre de ses nouvelles fonctions les idées qu’il a toujours défendues. Un projet ambitieux pour la formation universitaire.

Mise à jour le 21/04/2015